L’alcool tue 2,5 millions de personnes par an

Près de 4% des décès mondiaux (2,5 millions de morts) sont liés à l’alcool. 320 000 jeunes gens âgés de 15 à 29 ans meurent de causes liées à l’alcool, qui représentent 9 % de la mortalité totale dans ce groupe d’âge. Ces chiffres alarmants ont été publiés par l’OMS cette semaine. L’organisation a fait les comptes, l’alcool est le troisième facteur de risque de morbidité ; c’est le principal facteur de risque dans les régions du Pacifique occidental et des Amériques et le deuxième en Europe.

Le rapport sur l’alcool et la santé publié est accablant, les conséquences sanitaires et sociales de son usage sont multiples. Associé à de nombreux problèmes sociaux et de développement, l’alcool engendre précarité, isolement, maltraitance ou négligence des enfants, et absentéisme sur le lieu de travail.

Extraits du rapport publié par l’OMS

L’usage nocif de l’alcool est un problème mondial qui compromet autant le développement social que celui de l’individu. Il provoque 2,5 millions de décès chaque année et entraîne également des dommages qui vont au-delà de la santé physique et psychologique du buveur. En effet, le bien-être et la santé de l’entourage du buveur sont également atteints. Une personne ivre peut faire du mal aux autres ou les exposer au risque d’accidents de la circulation ou de comportements violents, ou encore avoir un comportement ayant des effets préjudiciables sur les collègues de travail, l’entourage familial, les amis ou des étrangers. Ainsi l’impact de l’usage nocif de l’alcool est-il profond dans la société.

La consommation nocive d’alcool est un déterminant majeur de troubles neuropsychiatriques tels que les troubles liés à l’alcool et l’épilepsie et d’autres maladies non transmissibles telles que les maladies cardio-vasculaires, la cirrhose du foie et divers cancers. L’usage nocif de l’alcool est également associé à plusieurs maladies infectieuses comme le VIH/sida, la tuberculose et les infections sexuellement transmissibles (IST). Car la consommation d’alcool affaiblit le système immunitaire et a un effet négatif sur l’observance par le patient du traitement antirétroviral.

Une proportion importante de la charge de morbidité attribuable à la consommation nocive d’alcool est due aux traumatismes intentionnels ou non intentionnels, y compris ceux dus aux accidents de la circulation routière, à la violence et aux tentatives de suicide. Les traumatismes mortels attribuables à la consommation d’alcool surviennent généralement dans les groupes d’âge plus jeunes.


Qui est exposé à la consommation nocive d’alcool?

Le degré de risque de consommation nocive d’alcool varie avec l’âge, le sexe et d’autres caractéristiques biologiques du consommateur. En outre, le degré d’exposition aux boissons alcoolisées et le contexte dans lequel a lieu leur consommation jouent également un rôle. Ainsi, l’alcool est le troisième facteur de risque de morbidité et d’incapacité dans le monde ; c’est le principal. facteur de risque dans les Régions du Pacifique occidental et des Amériques, et le deuxième en Europe. D’autre part, 320 000 jeunes âgés de 15 à 29 ans meurent de causes liées à l’alcool, responsables de 9 % des décès dans ce groupe d’âge.

Pourcentages mondiaux des années de vie ajustées sur l’incapacité (DALY)1 attribuées aux 19 principaux facteurs de risque par groupe de revenu.

Lire la suite sur le site de l’OMS

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s