Après les premiers cheveux blancs, c’est l’apparition des ridules sous les yeux, à la commissure des lèvres qui vous torturent. Eh oui le temps fait son œuvre et votre joli teint de pêche n’est plus ce qu’il était. La quarantaine approche… Les crèmes aux packagings attrayants (rolling, vibreur, seringue…) et aux slogans convaincants (lifting sans chirurgie, combleur, réparateur…) n’auront hélas que peu d’effets sur ce que vos proches appellent affectueusement « les rides d’expression »… Dès lors la tentation est grande de se tourner vers la médecine esthéticienne. Et pourquoi pas ? Les Américaines en raffolent et les Françaises succombent chaque année plus nombreuses !

Ce marché représente un volume de vente en France (entre 2003 et 2008) de plus de 3 000 000 de seringues soit 600 000 seringues par an. Actuellement environ 80 produits sont commercialisés en France par 25 fabricants.

Ici point de chirurgien, un dermatologue fera l’affaire. D’ailleurs, si vous fréquentez quelque cabinets en ville, vous aurez remarqué les affiches qui vantent les bienfaits des injections avec l’incontournable : « avant » « après » !

Face à l’engouement pour ces techniques, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS) s’est intéressée au phénomène. Elle a rendu un rapport complet qui alerte sur l’absence de recul notamment sur les effets à long terme de l’introduction de ces produits dans l’organisme. « Les données précliniques réalisées avant les essais sur l’homme permettent d’obtenir des éléments prédictifs des risques associés à l’utilisation des dispositifs médicaux mais sans garantir pour autant de sécurité absolue ». Par conséquent, avec l’appui des experts de l’Afssaps, l’agence prépare un référentiel pour l’encadrement d’un essai clinique et le suivi post-mise sur le marché portant sur les produits injectables de comblement des rides afin de mesurer et mieux prévenir l’incidence des effets indésirables.

Dans le doute, l’AFSSAPS invite les personnes qui souhaitent avoir recours à ces injections d’opter pour l’utilisation de produits résorbables. Elle déconseille l’achat sur internet, ce sont des produits invasifs et l’autorisation de mise sur le marché français répond à des normes, avec le web le risque est grand de tomber sur des contrefaçons dangereuses pour la santé car non contrôlées. L’AFFSAPS préconise même en cabinets médicaux de veiller à la traçabilité des produits (norme CE, autorisation de mise sur le marché, date de péremption, etc.), en cas d’effets secondaires ce sera bien utile.

Sur son site web, l’Agence a listé les produits autorisés sur le marché français, n’hésitez pas à contrôler vos produits. L’Afssaps procède à une communication internet dès lors qu’elle a connaissance de l’existence de produits contrefaits (voir le cas RESTYLANE).

« En tant que dispositifs médicaux, les produits de comblement des rides doivent revêtir le marquage CE. Leurs fabricants doivent donc respecter les exigences essentielles de la directive pour les mettre sur le marché européen.

Les produits injectables de comblement de rides font partie des dispositifs médicaux présentant un potentiel élevé de risques pour la santé humaine soient des dispositifs de classe IIb/III. Ces classes de dispositifs font l’objet d’une communication de mise sur le marché sur le territoire français adressée à l’Afssaps par le fabricant ». Principaux risques associés aux produits injectables de comblement des rides

L’agence a procédé à un classement rendez-vous sur son site

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s