Après les premiers cheveux blancs, c’est l’apparition des ridules sous les yeux, à la commissure des lèvres qui vous torturent. Eh oui le temps fait son œuvre et votre joli teint de pêche n’est plus ce qu’il était. La quarantaine approche… Les crèmes aux packagings attrayants (rolling, vibreur, seringue…) et aux slogans convaincants (lifting sans chirurgie, combleur, réparateur…) n’auront hélas que peu d’effets sur ce que vos proches appellent affectueusement « les rides d’expression »… Dès lors la tentation est grande de se tourner vers la médecine esthéticienne. Et pourquoi pas ? Les Américaines en raffolent et les Françaises succombent chaque année plus nombreuses !

Ce marché représente un volume de vente en France (entre 2003 et 2008) de plus de 3 000 000 de seringues soit 600 000 seringues par an. Actuellement environ 80 produits sont commercialisés en France par 25 fabricants.
Lire la suite

Les risques des produits de comblement des rides

L’injection de ces dispositifs dans la peau constitue l’introduction d’un corps étranger susceptible de provoquer une réaction cutanée. Ces réactions sont le plus souvent temporaires (rougeur, œdème..) mais influencées par de nombreux facteurs extérieurs (nature du produit utilisé, technique d’injection, site d’injection, nombre d’injections) et ceux propres à l’individu (tolérance et antécédents médicaux du patient).
Lire la suite

Acide hyaluronique

« Les premiers produits de comblement des rides étaient à base de collagène d’origine bovine, pour lesquels un test cutané préalable était obligatoire, en vue de prévenir des effets allergiques. Rapidement, les industriels ont cherché à obtenir des produits faiblement voir non allergènes d’où l’apparition des premiers composés à base d’acide hyaluronique (AH). En effet, l’AH est naturellement un composant du tissu conjonctif et du liquide synovial chez l’homme ainsi que chez de nombreuses espèces animales, mais il n’est utilisable dans le domaine du comblement tissulaire sous sa forme native.
Lire la suite