anneau-gastrique2
Maigrir sans faire de sport, perdre du poids sans faire d’efforts ! Ne rêvez pas ça n’existe pas. Pas de formule, de crème ou de pilule miracle. Comment faire alors pour perdre 30, 40 ou 80 kg ? Il n’y a pas de secret, pour perdre du poids, il faut se priver de certains aliments “plaisir” comme les desserts, les frites, les sauces…?
Au profit de fibres et de protéines. Les régimes privatifs ont hélas des effets pervers. C’est ce que l’on appelle l’effet “yo yo”, lorsque l’on arrête le régime.

L’organisme qui n’a pas apprécié cette période de diète, stocke les graisses et c’est le retour des kilos. Bilan, après la famine, c’est la déprime assurée ! La chirurgie offre des solutions à ceux qui ont des raisons médicales de perdre du poids (diabète, insuffisance respiratoire et ou cardiaque, etc). Ces techniques sont réservées aux obèses morbides, aux personnes qui ont un indice de masse corporelle supérieur ou égal à 40. Chaque année, 10 000 Français y ont recours dans l’hexagone dont 2000 rien qu’en Polynésie française.

Aujourd’hui, il existe différentes techniques (anneau, sleeve, ou by pass) toutes visent à réduire la capacité d’absorption des aliments par l’organisme. Les deux premières interviennent sur le volume de l’estomac, la troisième consiste pour simplifier en une dérivation des aliments vers l’intestin. Elle est aussi radicale qu’efficace, mais peut s’avérer dangereuse pour la vie des patients qui ne s’alimentent plus.

La plus pratiquée est la gastroplastie. Cette intervention chirurgicale consiste en la pose d’un anneau qui encercle l’estomac. En fonction de la perte de poids souhaitée, le médecin règle le serrage de l’anneau via un boîtier fixé sous la peau. Une fois doté de votre anneau, vous êtes contraint à un régime alimentaire strict, de petites quantités, par petites bouchées. Les premiers jours après l’opération, vous ne pouvez quasiment rien avaler. Sauf de l’eau. Évidemment la perte de poids suit. Pascal Szym est chirurgien en Polynésie française. Ces techniques sont pratiquées sur ce petit bout de France depuis près de 10 ans. 2000 personnes y ont eu recours : “Des patients viennent me voir en me disant “Je veux un anneau comme ma tatie”. Cette intervention est tellement connue ici qu’elle est démystifiée. C’est trop !”, note le chirurgien “Ce n’est pas une intervention qui me réjouit, mais il faut le faire pour la santé du patient. L’obésité est en handicap et l’anneau un moyen de torture, c’est regrettable d’en arriver à de telles extrémités”.

Un point de vue partagé par les diététiciennes. Ingrid intervient à l’hôpital de Papeete. Elle reçoit régulièrement des patients opérés en consultation. Pour elle, l’intervention chirurgicale “c’est la facilité”. “Les gens pensent que c’est simple et rapide pour maigrir, c’est sûr ils n’ont pas d’effort à faire. Mais une fois qu’ils ont l’anneau ils prennent la mesure des contraintes. On voit en consultation des personnes en dénutrition, qui se nourrissent mal et qui ne perdent pas de poids. Avant de les opérer, il faut évaluer la motivation des personnes”. “L’anneau n’est qu’un outil, le gage de réussite de ces interventions, c’est la motivation, la volonté et l’aptitude du patient à améliorer son hygiène de vie”, ajoute Pascal Szym.

Les professionnels de santé rencontrés sont unanimes, l’anneau est un outil, mais pas une fin en soi. L’opération chirurgicale est une solution extrême, c’est en amont qu’il faut œuvrer. Prévenir la prise de poids, sensibiliser à l’équilibre alimentaire, prendre conscience que l’obésité est un fléau qui va coûter des vies et aussi beaucoup d’argent à la société dans les futures années. Il y a urgence car avec les taux d’obésité affichés par notre fenua : 34% d’obèses chez les 5-14, et 69% d’adultes en surpoids…(1) ans, le phénomène a peu de chance de se résorber tout seul.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s