rayonnage-de-legumes.jpg

« Evitez le grignotage entre les repas », « Ne mangez ni trop salé, ni trop gras», « Consommez au moins cinq fruits et légumes par jour »… Selon une étude menée en octobre 2007 par L’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) 87 % des 15 ans et plus accueillent favorablement l’insertion de ces messages sanitaires dans les publicités alimentaires. Questionnés sur l’impact de ces communications de prévention sur leur comportement alimentaire et d’achat, 21% des 15 ans et plus déclarent avoir changé leurs habitudes alimentaires et 17% leurs habitudes d’achat de produits alimentaires ou de boissons. Tous déclarent au minimum consommer davantage de fruits et légumes. L’incitation au changement de comportement est plus importante chez les adultes (plus de 15 ans) petits consommateurs de fruits et légumes et chez ceux qui grignotent.

Les 400 enfants interrogés dans le cadre de cette enquête sont 47%, dans la tranche des 8-14 ans, à dire que les publicités qu’ils regardent leur donnent envie de manger ou de boire. 62% d’entre eux demandent par ailleurs à leurs parents d’acheter les produits dont ils ont vu la promotion à la télévision, ce que reconnaissent 62% des parents. 91% des enfants interrogés déclarent obtenir ce qu’ils ont demandé.

Des perceptions différentes selon la corpulence des personnes interrogées

De façon générale, on constate que la perception des messages sanitaires est plus négative chez les personnes obèses1 et /ou se considérant trop grosses, que dans la population générale. En effet 24% des personnes obèses trouvent ces messages culpabilisants, contre seulement 13% des personnes ayant un poids « normal »2.
De même 28% des personnes se considérant beaucoup trop grosses trouvent ces messages culpabilisants 14% estimant que ces messages sont sources d’angoisse pour elles. Celles qui se considèrent « à peu près du bon poids » ne sont par contre que 10% à les trouver culpabilisants et 6% à y voir une source d’angoisse.

En bref

L’étude sur l’impact des messages sanitaires apposés sur les publicités alimentaires réalisées, à la demande de la Ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports, par l’INPES auprès d’enfants, d’adolescents et d’adultes montre une bonne reconnaissance des messages et un impact favorable sur les comportements alimentaires. En effet 87 % des Français accueillent favorablement les messages sanitaires insérés dans les publicités alimentaires, 71 % d’entre eux les ont mémorisés et ce quelques mois seulement après leur mise en place en février 2007. 79 % pensent que c’est un bon moyen de sensibiliser les personnes à l’importance d’une alimentation équilibrée. Si les femmes reconnaissent à 48% que ces messages les incitent à réfléchir sur ce qu’elles mangent, les hommes, eux, ne sont que 37%.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s