Testé pour vous : le Spa de l’Hôtel Beau rivage à Gérardmer

A 4 heures en voiture de Paris, cap à l’est où une région authentique et chaleureuse vous accueille avec bienveillance. L’hiver les pistes sont souvent enneigées, l’été la nature y est généreuse, la faune et la flore préservées, toute l’année la gastronomie y est très gourmande et les habitants adorables. Bienvenue dans les Vosges !

En descendant des stations, en ce mois de février 2020, nous avons testé le Spa de l’Hôtel Beau rivage. Un bel établissement à la façade imposante un tantinet rétro domine les eaux froides du grand lac. A deux pas du centre-ville aux belles enseignes, la quiétude de l’établissement invite à la rêverie.

IMG_20200221_104831025

Le rendez-vous est pris la veille pour le lendemain. Les hôtesses se démènent pour nous caler un rdv, pas simple en pleines vacances scolaires. Très pro, elles nous rappellent pour confirmer dans la foulée.

Le Spa de l’Hôtel Beau Rivage de Gérardmer

Ça y est, le rendez-vous est fixé. Samedi 22 février 2020, 9h. Hôtel Beau Rivage à Gérardmer. Les routes sont dégagées, le stationnement facile. Accueil prévenant puis direction le Spa, les bras chargés de belles éponges, serviettes moelleuses et pantoufles immaculées. Après un passage à la consigne, on se glisse avec envie dans une éponge haut de gamme pour une pause cocooning, enveloppée dans un peignoir de belle facture. Un regard sur l’étiquette et l’on comprend vite que dans les Vosges on sait recevoir et on est fier de son terroir. Le linge est made in Vosges, tissé dans les usines toutes proches. Celui-ci est signé Garnier-Thiebaut, une valeur sûre. La marque fournit les grands hôtels des stations balnéaires françaises et les meilleures adresses de la région.

Bref, une fois lovée dans le fameux peignoir, on aperçoit la piscine ! Ah mince, pas de maillot, dommage car l’accès au Spa nous donnait la possibilité de piquer une tête avant de passer sur la table… Et comme on est en avance. Dommage, la prochaine fois !

Au premier étage, les couloirs moquettés sentent un peu la peinture fraîche, l’établissement ne date pas d’hier, c’est un « ancien », une institution dans la région, mais un hôtel entretenu et bien tenu. Face à nous, deux fauteuils, un pot de fleurs et une porte entre-ouverte. Sommaire, mais bon. Ce n’est pas l’essentiel. Derrière la porte entre-ouverte, des pas légers, feutrés, un bruissement de tissu, quelqu’un est là et s’affaire. C’est Melinda, jolie blonde à la coupe au carré, la mèche retenue sagement par une barrette. Elle nous attend et nous invite à entrer. Un sourire sincère, le regard franc, les mots tout doux, Melinda nous laisse le temps de nous installer sur la table de massage.

Melinda et le massage Californien

Musique zen, lumière tamisée, le massage Californien commence. Relaxant, doux puis profond, c’est « le » massage bien-être par excellence. Melinda est appliquée, elle suit le protocole. Son diplôme en poche il y a peu, elle maîtrise déjà bien les techniques enseignées par le GRETA.  Mouvements doux, puis pressions plus profondes. La jeune femme en pleine reconversion professionnelle (elle a fait carrière dans la Petite Enfance, NDLR) excelle dans la relaxation palmaire (technique de relaxation qui consiste à exercer des pressions sur des points précis des mains, de manière à soulager les douleurs et les tensions et/ou à stimuler l’organisme dans ses diverses fonctions) et crânienne. « Travailler dans le bien-être ce n’est que du bonheur. Je n’ai pas l’impression de venir travailler le matin. Dans l’équipe toute le monde est sympa, zen, on s’écoute les uns les autres. Je me sens tellement bien dans ce nouvel environnement (Melinda a quitté Reims avec son mari pour s’installer dans les Vosges, NDLR). On se sent très bien ici, dans cette région. Pour moi, ce nouvel univers professionnel me correspond réellement. C’est tellement agréable d’apporter du bien-être aux gens ! ».

Eh bien chère Melinda, ne changez rien, vous le faites très bien !

De bonnes adresses testées et approuvées par notre rédaction pour finir votre séjour :
Le Pied du Hohneck – Auberge à 1250 m d’altitude – La Bresse – Tout y est bon !
Les Rives du Lac – Brasserie à Gérardmer – Quai du Lac – Coup de cœur pour le Vacherin aux myrtilles
La Taverne Alsacienne – Gérardmer -Ne passez pas à côté du jambon cuit au foin et de la tarte aux myrtilles flambée.