Depuis le 12 mars, des masses d’air faiblement contaminées qui résultent des rejets des réacteurs nucléaires accidentés de la centrale atomique japonaise de Fukushima (250 km au nord est de Tokyo) se déplacent, tout en se diluant, dans les courants atmosphériques de l’hémisphère nord.
Lire la suite