Le diabète, qu’est-ce que c’est ?

Le diabète est une maladie insidieuse qui passe souvent inaperçue. Il faut donc s’en méfier car les signes peuvent mettre jusqu’à 15 ans à se manifester alors que la maladie est déjà bien présente. Le diabète de type 2 ou diabète gras, le plus fréquent en Polynésie française, est lié à la déficience de l’insuline, une hormone-clé chargée de la bonne assimilation du sucre par notre organisme.

L’insuline, c’est quoi ?

C’est une hormone qui permet de maintenir le taux de sucre dans le sang (ou glycémie) à un niveau normal, c’est-à-dire entre 0,80 et 1,26, voir 1,60 après un repas. En cas de diabète, cette hormone n’arrive plus à assumer ce rôle de régulateur.

Quelles sont les conséquences du dysfonctionnement de cette hormone ?

La glycémie n’est plus régulée, elle devient trop élevée ce qui endommage, à la longue, les vaisseaux sanguins et ouvre la porte à toute une série de complications sévères au niveau du coeur, des reins, du cerveau, des yeux, du système nerveux, des pieds et même de l’activité sexuelle.

Quel rapport avec la sexualité ?

Chez les diabétiques, le sang circule mal dans les vaisseaux sanguins, et les érections deviennent difficiles. Les hommes sont contraints d’utiliser des médicaments pour améliorer leur sexualité. Ces médicaments sont très onéreux et donc ne sont pas accessibles à l’ensemble des malades. Cette conséquence du diabète sur la sexualité est une frustration supplémentaire, très mal vécue, source de mal être et de vie de couple brisée. Curieusement, la sexualité et le diabète sont des thèmes rarement évoqués.

En quoi consiste un dépistage ?

A mesurer le taux de sucre dans le sang. L’intérêt d’un diagnostic précoce, c’est de permettre de débuter, plus tôt, une prise en charge médicale de la maladie. Le test de dépistage est non douloureux; il est réalisé sur une goutte de sang prélevée sur le doigt, puis analysée pour déterminer la quantité de sucre dans le sang. Ce test permet de déceler une anomalie éventuelle, qui devra être confirmée ensuite chez un médecin.

Qui doit se faire dépister ?

Les personnes de plus de 25 ans qui présentent un ou plusieurs de ces facteurs de risques:
– Avoir un parent, un frère, une soeur diabétique
– être en excès de poids
– Avoir une vie sédentaire
– Souffrir d’hypertension artérielle
– Avoir trop de graisses (cholestérol, triglycérides) dans le sang
– Avoir développé un diabète pendant la grossesse
– Avoir mis au monde un bébé de plus de 4 kg

Le diabète en Polynésie française, c’est

40% du budget annuel de la sécurité sociale polynésienne (CPS),

7 000 personnes en longues maladies

73% d’hospitalisation

18% de la population adulte

22% des diabétiques sont des femmes et 14% des hommes.

33% d’anomalies glucidiques (pré-diabète)

1 Polynésien sur 2 est en surcharge pondérale.

Publicités

2 réflexions au sujet de «  »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s