Déserts médicaux : des médecins en burn-out et des patients « agressifs »

Les déserts médicaux font régulièrement la Une des journaux, on s’imagine à tort que seules des régions rurales sont touchées par ces pénuries, et bien c’est partiellement vrai car suite à un sondage réalisé par Mondocteur.fr (un portail de prise de rendez-vous en ligne), il apparaît que la région parisienne arrive en 2e position juste derrière l’Auvergne et avant la Bretagne sur le podium des déserts médicaux français. Les spécialités qui se raréfient sont la médecine générale, la dentisterie et la dermatologie.

Source : Mondocteur.fr

Le sondage a été réalisé la première semaine de mars auprès de 4000 patients et de 700 médecins. « A plus de 80%, les sondés déplorent la pénurie de médecins et leurs conditions d’exercice dégradées. Nous avons été surpris par l’avalanche de réponses qu’a suscité notre enquête et des retours des médecins, voire même choqués », confie l’équipe de Mondocteur.fr. « Beaucoup d’entre eux déclarent qu’à cause de cette pénurie « les patients deviennent très agressifs » et le terme de « burn-out » est très souvent remonté. Le problème est prégnant et il faut trouver des solutions rapidement et au-delà des débats politiques pour la présidentielle ».

Source : Mondocteur.fr

« Chez MonDocteur, nous ne sommes pas médecins et nous ne les remplacerons jamais. En revanche, nous avons la possibilité d’agir sur les outils qui facilitent leur gestion au quotidien et d’accompagner les médecins et les patients pour fluidifier l’ensemble du parcours de soin, explique Thibault Lanthier, cofondateur de Mondocteur.fr « C’est d’ailleurs l’un des problèmes majeurs qu’ils expriment : 30% de leur temps est bloqué par la gestion administrative, la comptabilité et la gestion du personnel sans compter les annulations de rendez-vous de dernière minute. Réduire ce temps « perdu » peut solutionner énormément de freins pour pallier à cette pénurie de praticiens. Nous devons tout mettre en œuvre pour doter les praticiens d’outils capables de les aider et de replacer la médecine au cœur de leur travail ».