L’hôpital européen Georges-Pompidou a annoncé lundi soir le décès du malade ayant bénéficié en décembre dernier de la première implantation du cœur artificiel de la société Carmat. Les causes de sa mort devrait être connues dans les prochains jours après des analyses approfondies des nombreuses données médicales et techniques enregistrées. L’homme dont l’identité n’a pas été dévoilée, était un patient âgé de 76 ans qui souffrait d’une insuffisance cardiaque terminale. Il est le premier homme a avoir vécu soixante-quinze jours avec un cœur artificiel bioprothétique ce qui reste pour le corps médical, une grande avancée technologique.