Aedes aegypti est un moustique diurne, principal vecteur de la dengue et de la fièvre jaune. Petit il est reconnaissance à ses pattes rayées de noir et de blanc.
Aedes aegypti est un moustique diurne, principal vecteur de la dengue et de la fièvre jaune. Petit il est reconnaissance à ses pattes rayées de noir et de blanc.
Dix cas confirmés et de nombreuses suspicions en cours d’évaluation.

Les autorités de santé le craignaient depuis plusieurs semaines, l’épidémie de dengue de type 1 (DEN-1) qui sévit depuis décembre en Nouvelle-Calédonie et qui a déjà coûté la vie à deux habitants (dont une jeune femme de 36 ans ce mardi 5 mars), est arrivée en Polynésie française. C’est bien sûr, un touriste qui a rapporté dans ses veines, le virus. Parti de Moorea (l’île soeur de Tahiti), la maladie a vite traversé les 25 km pour atteindre la capitale où les cas se multiplient. Des mesures d’isolement des malades et de lutte contre les moustiques ont été prises par les services de santé, appuyés par les services communaux à Moorea (quartier Haapiti) et à Tahiti (Punaauia, Tipaerui, Mahina et Arue).

La situation épidémiologique actuelle montre l’existence de deux foyers actifs de transmission et de deux autres sites possiblement contaminés. Récemment, il a été mis en évidence deux cas de dengue de type 3, en plus des cas de type 1 précédemment identifiés. « La co-existence des deux sérotypes peut majorer la survenue de forme grave », avertit la direction de la Santé de Tahiti. « Cette co-existence est plutôt rare et inhabituelle », a précisé à La Dépêche de Tahiti, le docteur Henri-Pierre Mallet, responsable du bureau de veille sanitaire, ajoutant que l’introduction du sérotype 3 (DEN-3) incomberait à une voyageuse récemment arrivée de Guyane.

D’autres cas de dengue de type 3 ont été décelés ce lundi 4 mars notamment dans la commune de Arue à Tahiti, mais nous n’en sommes qu’au tout début. Si la dengue de type 3 n’est potentiellement pas plus dangereuse que la dengue de type 1 (DEN-1) , le problème vient du fait que la population n’est quasiment pas immunisée contre ce sérotype : « La dernière épidémie de DEN-1 remonte à 2007, alors qu’il faut remonter 25 ans en arrière pour retrouver la trace d’une présence de DEN-3 en Polynésie française ».

En conséquence, les autorités sanitaires déclarent le début d’une épidémie de dengue, pour l’instant localisée à Moorea et Tahiti”, indique le Dr Henri-Pierre Mallet, responsable du Bureau de veille sanitaire, pour la situation épidémiologique. “L’ensemble des communes où des agents ont été formés pour la recherche et l’élimination des gîtes à moustiques doit se mobiliser. La suppression des gîtes à moustiques dans les lieux accueillant des enfants (écoles, crèches-garderies, clubs de sport, etc.) et des malades (cabinets médicaux) est une priorité”. La concomitance des DEN-1 et DEN-3 sur le territoire est également potentiellement dangereux pour les personnes qui viendraient à l’attraper sous ses deux formes : « La seconde fois serait plus sévère », avertit le docteur Henri-Pierre Mallet, qui garde espoir que l’une des deux disparaisse au profit de l’autre : « Généralement, un sérotype prend le dessus sur l’autre, qui ne survit pas ».

Toute la population est vivement sollicitée à renforcer ses efforts en procédant toutes les semaines à l’élimination des eaux stagnantes, afin d’éliminer les gîtes à moustiques, aussi bien à domicile qu’en milieu professionnel. “Il n’y a qu’à cette condition que nous aurons la possibilité de ralentir la diffusion de l’épidémie” insistent les autorités sanitaires. Il est recommandé de consulter rapidement en cas d’apparition de signes évocateurs de dengue (fièvre élevée brutale, douleurs articulaires, mal de tête). Les personnes susceptibles d’être atteintes doivent impérativement être protégées des piqûres de moustiques pour éviter la dissémination de la maladie dans leur entourage. Répulsifs, moustiquaires et vêtements pour couvrir notamment les chevilles et les jambes sont à recommander surtout pour les jeunes enfants, les personnes âgées, mais aussi les immuno-dépressives.

Publicités

Une réflexion au sujet de «  »

  1. Bonjour,
    Je vous prie de m’excuser. Je n’ai malheureusement pas trouvé comment vous contacter autrement que par commentaire.
    Je souhaitais vous faire découvrir le service Paperblog, http://www.paperblog.fr dont la mission consiste à identifier et valoriser les meilleurs articles issus des blogs. Vos articles sembleraient pertinents pour certaines rubriques de Paperblog.
    En espérant que le concept de Paperblog vous titille, n’hésitez pas à me contacter pour toutes questions ou renseignements…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s