Testé pour vous : L’Aloe Vera à boire !

Les vertus hydratantes, cicatrisantes et notamment apaisantes pour les brûlures de l’Aloe Vera sont connues. Dans les territoires ultramarins, on utilise cette plante qui pousse toute seule dans les jardins pour soigner les petits maux du quotidien et notamment les coups de soleil et les brûlures. Son utilisation est toute simple, on coupe une branche et on badigeonne les plaies superficielles avec ce gel translucide et légèrement collant qui en découle. Forever Living Product consciente des vertus de cette plante a été plus loin.

Lire la suite

Publicités

Tests : Protocole 804 : la soupe est un bon allié minceur pour l’hiver

img_1173Allez on a pris de bonnes résolutions et juste après les fêtes et la galette des rois, on a pensé à cet été et à l’épreuve du maillot de bain. Avant de se fâcher avec sa balance, on a testé le programme minceur 804 des laboratoires Trois Chênes. Dans la boite, des cachets bleus pour le drainage (à prendre le soir), des cachets roses à base de vitamine C pour booster sa matinée, de la soupe au chou et une solution buvable pour drainer.

Nous voici fin prêt, petit livret avec les menus sous les yeux, on débute la semaine par la pesée 64 kg. Avant de débuter il faut savoir que vous pourrez consommer de la soupe au chou à volonté, elle est vendue en poudre déshydratée, mais vous pouvez aussi la faire vous même, le livret donne la recette à suivre. Vous en consommerez autant que vous voudrez durant toute la semaine du protocole, chaque jour des aliments s’invitent à votre table, mais il faut s’y tenir.

Lire la suite

Nutriting : conseils, coaching… Les clefs de l’équilibre alimentaire

Nutriting est une jeune start-up made in France créée par trois amis d’enfance, Thierry, Patrick et Julien. Issus de formations diverses dans la gestion de l’entreprise et la finance, ils ont rassemblé leur compétences et leurs volontés d’entreprendre pour donner naissance à la SAS Nutriting qui prodigue des conseils, des décryptages d’études scientifiques tout en commercialisant une gamme de compléments alimentaires fabriqués en Bretagne. Mais au fait ça veut dire quoi « Nutriting » ?  « Nutri » pour nutrition, « tri » pour le trio de créateurs, et « ing » pour le mode action ! Interview.

Nutriting@parlonssante.comVous êtes les créateurs de Nutriting, vos profils dans la finance et la gestion de PME sont très éloignés du monde du bien-être et de la nutrition, qu’est-ce qui a été le déclic pour créer Nutriting ?

« Nous avons tous les trois débuté nos carrières dans des domaines très différents, mais c’est justement ça qui nous permet aujourd’hui de manager la société au jour le jour (compétence de gestion, de finance, de logistique, de relation client, etc.). Le déclic pour créer Nutriting est en premier lieu venu d’un intérêt personnel très marqué pour la nutrition, et de manière générale, le bien-être. C’est chacun pour des raisons différentes (sport et performance, problèmes de santé dans notre entourage, etc.) que nous avons commencé à nous intéresser de près à la nutrition.

Lire la suite

Tests : Miel cicatrisant Aristée

miel-cicatrisantaristee-pollenergieDepuis l’antiquité le miel est source de bienfaits. On aime ses qualités apaisantes, adoucissantes, cicatrisantes mais aussi nutritionnelles et gustatives. Les scientifiques se sont intéressés à ses propriétés et, en 2010, une équipe néerlandaise a démontré ses vertus sur le redoutable staphylocoque doré, l’ennemi numéro un des hôpitaux, et même sur les entérocoques résistants aux antibiotiques habituels. Résultat, avec 1 à 2 ml de miel pour 10 ml de milieu de culture, n’importe quel type de bactéries est tué. Les recherches de l’équipe menée par le Dr Sebastian Zaatont ont confirmé que le miel est bel et bien capable d’éliminer des bactéries nocives, entre autres pour cicatriser des plaies.

Lire la suite

Bien-être et prévention : le thermalisme d’Auvergne se refait une santé

Thermalisme Auvergne 2Initialement programmées dans un cadre thérapeutique, les cures thermales se refont une santé dans le bien-être et la prévention santé en offrant des activités complémentaires et adaptées à une cliente plus jeune. L’objectif est de rajeunir et de diversifier la clientèle en changeant l’image un peu vieillotte qui colle à ces établissements créés initialement pour des traitements de fond de douleurs articulaires, de difficultés respiratoires, de soins médicaux aux protocoles souvent lourds… Parallèlement elles proposent en après-midi des activités spécifiques pour les curistes qui interviennent en complément des soins thermaux traditionnels pratiqués généralement le matin. Ce qui permet aussi de maintenir une activité tout au long de la journée et de conserver cette clientèle sur place.

Il s’agit de parcours éducatifs individuels « pour une prise en charge globale et personnalisée de prévention santé avec des parcours alliant « santé, bien-être, épanouissement », incluant un ensemble de prestations (soins, loisirs, alimentation santé, activité physique…).  Spécifiques à une pathologie précise, ces programmes comprennent des activités variées visant à renforcer les soins de la cure et surtout, à profiter des trois semaines du temps de la cure, pour réaliser une véritable Education Thérapeutique du Patient (ETP) », promettent les stations thermales d’Auvergne qui organisent actuellement et jusqu’en juin le « printemps du thermalisme » avec ateliers et conférences -voir le programme ici.
Ainsi les Thermes de Vichy, spécialisés dans la prise en charge des troubles métaboliques et du surpoids, ont développé le programme complémentaire ETP Thermaligne, destiné à apprendre aux curistes à pratiquer régulièrement une activité physique et à améliorer leurs habitudes alimentaires sur le long terme. Pour ce faire, le programme ETP Thermaligne propose un parcours éducatif personnalisé à chaque curiste comprenant des rencontres individuelles avec des professionnels de santé, des ateliers sur l’alimentation, l’activité physique et la santé, ainsi que la remise effective à une activité physique adaptée.

Thermalisme Auvergne 1
Les Thermes de Bourbon-Lancy ont mis en place un programme d’Education thérapeutique du patient appelé ETP Fibr’Eaux, un programme validé par l’Agence régionale de santé (ARS) pour le traitement de la fibromyalgie. Ainsi, depuis près de cinq ans, proposent à leurs curistes souffrant de fibromyalgie, – une pathologie chronique se traduisant notamment par des douleurs diffuses associées à une fatigue extrême, de l’anxiété et des troubles du sommeil -, le programme ETP Fibr’Eaux. Développé avec l’aide des associations de patients Fibromyalgie SOS et Fibromyalgie France et validé par l’Agence Régionale de Santé (ARS), ce programme d’éducation thérapeutique comprend notamment un suivi personnalisé ainsi que des ateliers animés par l’équipe pluridisciplinaire des thermes de Bourbon-Lancy (sophrologue, éducateurs spécialisés…) visant à rendre le patient autonome vis-à-vis de son affection. Au programme de ces ateliers : Comprendre sa maladie, Gérer la douleur et le stress, Se soigner au quotidien, Bien dormir, Vivre avec sa maladie…
Les stations thermales renforcent parallèlement leur offre en soins esthétiques et de bien-être (sophrologie, Qi Gong, méditation, relaxation…) pour lutter contre l’insomnie, le stress et même le vieillissement avec des cures spécifiques à Evaux-les-Bains et à Bourbon-Lancy….
Renseignements sur Auvergne-thermale.com

La Polynésie française peut se targuer d’afficher l’un des taux d’obésité infantile parmi les plus élevés dans le monde : 34% des enfants âgés de 5 à 14 ans sont obèses, c’est 14% de plus qu’aux Etats-Unis. Les adultes ne sont pas en reste, 4 sur 10 sont obèses.

crparlonssantecom

Le docteur Jean-Louis Boissin, endocrinologue et vice-président de l’association des diabétiques et obèses de Polynésie tire la sonnette d’alarme, « il faut agir
Maintenant » assène-t-il aux autorités locales, « Taxer les gâteaux apéritifs, les viennoiseries, créer des activités sportives en direction des jeunes, mettre en place des menus diététiques dans les cantines…  »
Lire la suite

Chaque année, 17 000 Français décèdent d’un cancer du colon, dans 90% des cas, grâce à sa prévention et à son dépistage, ce peut être évité. Lorsqu’il est détecté de petite taille les chances de guérison augmentent considérablement passant de 20 à 90 %. Pour inciter le grand public à se faire dépister, les 400 hépato gastro-entérologues français ouvriront leur cabinet pour des consultations gratuites le 24 mars prochain.
v
Les médecins spécialistes rappellent qu’il « faut faire un test de dépistage tous les deux ans après 50 ans ou consulter un spécialiste s’il existe des symptômes intestinaux ou des facteurs de risques afin de faire une coloscopie pour ne pas passer au travers, car sans le savoir, vous êtes peut-être assis sur un cancer ». Afin de mieux connaître cette maladie, Parlonssante.com est allé à la rencontre d’un gastro-entérologue qui participe à cette journée de mobilisation nationale, le docteur Eric Vaillant.

INTERVIEW
Avec 42.000 cas découverts chaque année, le cancer colo-rectal est le deuxième cancer le plus meurtrier en France, tuant plus de 17.000 personnes par an. Qui est le plus touché dans la population ? Les hommes, les femmes et quelle tranche d’âge ?
eric-vaillant2
Docteur Eric Vaillant : « Les hommes sont plus touchés, mais le cancer colo-rectal est le 2e cancer de la femme après le sein. Le risque est notable à partir de 50 ans et augmente régulièrement avec l’âge, le risque est très important après 85 ans ».

Comment se déroule une consultation de dépistage ?
Docteur Eric Vaillant : « Il débute par un interrogatoire sur les antécédents personnels et familiaux, sur les symptômes et les prises médicamenteuses, et par une information sur les tests et la coloscopie (information écrite sur le risque) et au choix éclairé en fonction des recommandations actuelles et des convictions du médecins ».

Quels sont les signes évocateurs qui doivent inciter à consulter son médecin ?
Docteur Eric Vaillant : « Le cancer colo-rectal ne donne pas de symptômes pendant 2 à 3 ans (d’où l’importance d’un dépistage préalable aux symptômes, NDLR). Les symptômes sont mineures : douleur abdominales, troubles du transit intestinale, sang dans les selles, faux besoin, glaires. Les symptômes les plus graves surviennent à un stade trop avancé, et où on ne peut souvent plus rien faire : Il s’agit d’une altération de l’état général, d’un amaigrissement, d’une asthénie, d’anorexie, d’occlusion intestinale ».

La présence de sang dans les selles doit-elle être toujours prise très au sérieux ?
Il y a toujours une pathologie grave derrière ce type de symptômes ?

Docteur Eric Vaillant : « Non 10 % de cancer et c’est souvent des hémorroïdes qui saignent, mais tant qu’on a pas fait d’examen on ne peut pas le savoir. Il est donc recommandé de voir systématiquement un gastro-entérologue lorsque l’on constate du sang dans les selles ».
Lire la suite