Octobre Rose : un trop plein d’événements qui brouille la communication autour du dépistage

« Octobre Rose » serait-il victime de son succès ? C’est bien la question qui se pose aujourd’hui à La Ligue contre le cancer. Le trop plein et l’éclectisme des événements estampillés « Octobre Rose » rend le message initial totalement inaudible. Pire, il serait contre-productif, les statistiques révèlent une baisse de la participation au dépistage du cancer du sein depuis 2012.

Initié dans les années 1990 aux Etats-Unis  pour sensibiliser les femmes entre 50 et 74 ans au dépistage du cancer du sein, cet événement  a été lancé en France il y a près de 25 ans. Ces dernières années il a connu un engouement incroyable et a été repris par d’innombrables entités institutionnelles, privées et associatives qui -sous l’étiquette Octobre Rose- organisent des manifestations pour collecter des fonds, fédérer, informer… Le succès est tel que l’on en oublierait presque l’essentiel, c’est-à-dire la vocation de cet événement : la promotion du dépistage du cancer du sein via la mammographie. Ce qui inquiète le plus La Ligue contre le cancer c’est le détournement de l’opération. Certaines associations et entreprises surfent sur  la notoriété d’Octobre Rose pour communiquer sur leurs propres actions, voire leurs produits. On voit fleurir dans les magasins des boîtes de petits pois « Octobre Rose… Ce phénomène baptisé « Pinkwashing » est dénoncé depuis quelques années aux Etats-Unis et au Canada. La Ligue contre le cancer dénonce des « tentatives de communications opportunistes et démagogiques » qui brouillent le message et ne sont pas sans conséquences sur le dépistage en lui-même car justement depuis 2012 la participation est en net recul. Malgré le succès d’Octobre Rose, les femmes de plus de 50 ans, premières concernées par ce risque, se détournent de la mammographie de dépistage. Lire la suite

Publicités

Cancer du sein : Des dessous chics pour reconquérir sa féminité

Corinne Bégaud @parlonssante.com
Corinne Bégaud, créatrice de lingerie qui veut aider les femmes touchées par un cancer à retrouver leur sensualité.

Corinne Bégaud est une pétillante femme de cinquante ans bien dans sa peau. Cette Essonnienne, mère de deux enfants a changé de vie en 2014 quittant le rôle de salariée pour épouser celui de créatrice de mode motivée et ultra convaincue par son projet. Elle conçoit de la lingerie haut de gamme principalement des soutien-gorges pour les femmes qui ont eu un cancer du sein.

Le soutien-gorge s’adapte aux contraintes techniques des prothèses tout en apportant confort et séduction à la cliente. Début octobre, elle a élargi sa gamme en proposant une nuisette qui a rencontré un vif succès auprès de la clientèle, ce sont d’ailleurs les boutiques de lingerie traditionnelle qui en vendent le plus, car l’atout majeur des créations de NéoSensuelle est que toutes les coquettes peuvent y succomber… Pour Corinne, l’équation est simple, toutes les femmes ont droit à porter de la lingerie fine. Interview

Comment est née l’idée de créer cette lingerie NéoSensuelle ?

Lire la suite

Grogne sociale à l’hôpital : « Luttons pour améliorer nos conditions de travail et pour garantir la sécurité des patients »

Photo prise en mars 2017 par le Snibo lors d’une manifestation parisienne.

En cette journée de mobilisation sociale contre la Loi travail portée par le gouvernement Macron, nous avons choisi sur Parlonssante.com de mettre en avant les revendications du Syndicat National des Infirmiers de Bloc Opératoire (Snibo) qui appelle à la mobilisation ce mardi. Voici leur communiqué :

« Charges de travail, conditions de travail, amplitude horaire, manque de moyens, manque de personnels dans les blocs opératoires, gel du point d’indice pour les fonctionnaires… La liste est longue et non exhaustive sur les mesures dénoncées ce mardi 10 octobre par l’ensemble des syndicats et par le Syndicat National des Infirmiers de Bloc Opératoire (SNIBO). Lire la suite

Le Téléthon recrute des bénévoles pour de nouveaux défis !

La prochaine édition du Téléthon est organisée les 8 et 9 décembre 2017, cette année, Anaëlle, Lou, Apollo, Mathilde, et leurs parents sont les ambassadeurs du combat des familles. Anaëlle, 7 ans, et Lou, 4 ans, seront les témoins d’une recherche innovante qui avance ; Apollo, 11 ans, rappellera l’urgence de trouver des traitements pour ceux qui n’en ont pas.Mathilde, 27 ans, quant à elle, partagera sa nouvelle vie depuis le diagnostic et le traitement qui lui ont permis de marcher à nouveau. C’est la chanteuse,  Zazie qui est marraine de l’événement cette année. Tout au long des 30h du Téléthon, les Français mobilisés redoubleront d’énergie pour cuisiner, confectionner leurs spécialités « taille XXL », organiser des rassemblements hors normes des plus loufoques ou relever des défis « made in Téléthon ». Pour découvrir l’intégralité de ces records en puissance, rendez-vous sur Téléthon2017.fr, et pour un avant-goût quelques exemples ci-dessous !

Téléthon 2017

Astérix, mariée et tarte aux pommes à Angoulême. Pas de potion magique mais un grand bol de solidarité permettra à Angoulême (16) de battre le record du monde de rassemblement de personnages Astérix le samedi 9 décembre. Objectif : 250 gaulois. Lire la suite

Polyarthritiques, maladie de Crohn : parlons-en !

Du 22 septembre au 4 novembre, l’Association française des polyarthritiques et l’Afa.Crohn.RCH.France organisent des événements de sensibilisation et d’information sur des pathologies très invalidantes. Polyarthrite, spondyloarthrite, maladie de Crohn, rectocolite hémorragique… Ces maladies inflammatoires chroniques concernent plus d’un million de personnes en France et ont de nombreux points communs : elles surviennent à tous les âges de la vie en entraînant douleurs, fatigue ainsi que de lourdes répercussions sur la vie personnelle et professionnelle des malades. Malgré une amélioration récente des traitements, trop de patients manquent encore d’informations pour devenir acteurs de leur prise en charge et faire face au quotidien. C’est pour cela que l’Association française des polyarthritiques et des rhumatismes inflammatoires chroniques (AFPric) et l’Afa Crohn RCHFrance, deux associations reconnues d’utilité publique, ont décidé d’unir leurs forces pour organiser un événement d’information gratuit et accessible à tous.

Lire la suite

Testé pour vous : les anti-moustiques de l’été 2017

Avec les beaux jours et les fortes chaleurs, les soirées en extérieur s’éternisent et les fenêtres des habitations sont largement ouvertes… pour le plus grand plaisir de petits convives assoiffés de sang ! Eh oui, les moustiques sont d’insatiables vampires qui finissent souvent dans les chambres à coucher. Pour éviter le désagrément des piqûres et dans certaines régions de déclarer des maladies comme la dengue (présente dans le sud de la France depuis quelques années), des solutions existent pour repousser ces indélicates bestioles.

Lire la suite

Myopathie myotubulaire : des avancées dans la recherche de traitement grâce au travail d’équipes du Généthon et de l’université de Washington

Les 8 et 9 décembre, l’AFM organisera sa campagne annuelle de collecte de dons au profit de la recherche médicale. Le Téléthon 2017 mettra à l’honneur les chercheurs, les malades, leurs proches et tous les bénévoles qui œuvrent pour améliorer le quotidien de ceux qui souffrent d’une maladie rare notamment. Les fonds récoltés permettent de lancer des études, d’explorer de nouvelles thérapies géniques, de mettre au point des protocoles innovants, des essais cliniques pour élaborer des traitements. Cette semaine, le Myotubular Trust magazine a mis en Une le fruit de travaux réalisés par l’équipe maladies neuromusculaires et thérapie génique du Dr Ana Buj Bello, chercheuse Inserm à Généthon et des équipes américaines, notamment de l’Université de Washington. Les travaux portaient sur une pathologie qui touche un garçon nouveau-né sur 50 000, la myopathie myotubulaire. Une maladie synonyme d’hypotonie et dans sa forme la plus sévère d’une faiblesse musculaire généralisée qui conduit à la mort de l’enfant dans les premières années de sa vie. Il n’existe à ce jour aucun traitement.

Lire la suite